bad colors.jpg

 

EXOTICA : Poétique d'une place à (re)trouver

Une résidence de territoire

Projet d'intervention et d'expérimentation à caractère artistique, culturel, politique et social

Atlas sonore et poétique

PHASE III : Autonomisation et passation de relais local

RAPPEL SCHÉMA GLOBAL D'INTERVENTION, à Crins

Schéma_intervention_N+2.JPG
Affiche duo papillon.PNG

 

 

“No doubt that a small group of thoughtful, commited citizens can change the world1

1Nul doute qu'un petit groupe de citoyen.nes réfléchi.es et engagées peut changer le monde

Margaret Mead, anthropologue américaine

 

 

 

EVOLUTION DE LA FORME DES CERCLES DE PAROLE COLLECTIVE

 

Pour comprendre la genèse de cette action, voir onglet 2019-2020

 


1ère phase : libérer la parole, co-construire un cadre de contrainte progressif


L'exercice étant nouveau pour le groupe d'habitantes constitué, il s'agissait de co-construire ensemble ce cadre d'interaction sociale. D'abord, le cercle s'est construit exclusivement autour de le parole à partir d'une proposition de thème de discussion, définie par consensus, et l'instauration d'une première règle de fonctionnement avec un baton de parole symbolique qu'on a choisi de représenter par un livre. Tant que nous avons le livre entre les mains, nous avons la parole, et personne ne nous interrompt. Lorsqu'on a finit de s'exprimer, on passe le livre à quelqu'un d'autre. Première règle de fonctionnement, elle a permis de favoriser une meilleure écoute mutuelle entre les femmes et une “entrée dans la parole écoutée”.


Voici quelques exemples et aperçus (non exhaustifs) de sujets abordés lors des premiers cercles de parole, avec en filigrane et en rouge, nos notes et observations permettant de nourrir notre démarche de recherche-action et identifier les problématiques à travailler :


Sujet : Comment vous sentez-vous dans le quartier ?
Réponses : Le mot “tranquille” est revenu plusieurs fois dans les discours. “Je veux être tranquille”, “je ne veux pas avoir de problèmes avec les voisins”, “je veux vivre tranquille chez moi, dans mon quartier”, “je n'arrête pas de dire aux enfants chuuut pour ne pas déranger les voisins”...


                       Notes en filigrane
manque de lieu pour que les enfants jouent sans déranger?
très mauvaise isolation des logements?
Extérieur hostile?


Sujet : Les jeunes du quartier
Réponses : “Je ne veux pas voir les jeunes ici qui font des barbecue”, “j'ai des inquiétudes par
rapport à des comportements de la jeunesse du quartier, des jeunes qui parlent fort”, “qu'est ce qu'ils veulent? “, “”des jeunes qui roulent vite dans les voitures au milieu du quartier”, “qu'est ce qui nous dérange chez eux.elles ? “


Notes en filigrane
Etat du lien intergénérationnel ? Fracture? Incompréhension? On a prise ou pas?
Parole des jeunes? Qu'ont-ils à dire? Que veulent-ils? Les écoute-t-on?


Sujet : Ma place dans l'espace public
Réponses : “Je ne veux pas m'asseoir dans l'espace public”, “il ne faut pas dire à d'autres que j'ai chanté une chanson sous le kiosque”, “telle et telle ne sont pas revenues car il y avait de la
musique, de la danse et ça filmait”, “si tel me voit, il va le dire à tel, qui va le dire à tel et ça va
revenir à mon mari, à mon voisin, à ma voisine, ...etc”, “je ne veux pas aller sur la place du
Jourdain”, “je ne veux pas m'asseoir en terrasse dans un café”, ...


Notes en filigrane
Etat des relations hommes-femmes? Sur quelle base se construit la réputation dans l'écosystème de Crins? De quoi a-t-on peur? Quelles incidences cela peut avoir d'être vue, entendue sur l'espace public en dehors des trajectoires habituelles/admises?



2ème phase : Co-élaborer un canevas, créer ensemble

 

A partir de septembre 2020, nous ré-orientons le cercle sur un travail plus subtil, mêlant linguistique, musicalité, corporalité et émergence de paroles à partir de supports poétiques. La durée du cercle est de 2h (+ou- 15 à 30 min en amont et aval pour les temps informels et conviviaux).


Au coeur du travail en cercle de parole, les intervenantes travaillent l'équilibre constant entre trois approches interdépendantes (notre structure d'intervention) et le mouvement interne du groupe (les différences d'énergie, les absences, les états de santé, les problématiques sociales qui surgissent, les invitées surprises, la présence occasionnelle d'enfants...etc).


1. Approche artistique → Travail musical: corporalité, rythme, voix, Soundpainting+ Travail sur le texte poétique


2. Approche psycho- sociale → Travail sur la confiance en soi, la prise de parole en public, le “Faire Face”


3. Approche linguistique → Echange linguistique, travail sur la prononciation, les “sons difficiles”


Nous travaillons ainsi, avec les habitantes partenaires, à la co-construction d'une méthode de facilitation de l'expression orale en langue française combinant ces trois approches que nous appelons : Corps, Voix et FLE* (*Français Langue Etrangère).

 


Co-animation des cercles : Camille Sabathier, Meriem Mauget et leurs invité.es

LE POUVOIR DE l'EXPRESSION : Encourager et valoriser l'initiative des femmes de Crins
 

A partir du travail mené dans le cadre des cercles de parole, nous travaillons à faire acquérir à un petit collectif d'habitantes des compétences afin d'être motrices de transformation sociale pour elles-mêmes et pour la collectivité en tentant d'impulser une dynamique à la fois intérieure/individuelle (épanouissement personnel, émergence de l'expression, valorisation des talents, autonomisation, conscience politique et poétique...) et extérieure/collective (ouverture à la différence, au “faire ensemble” avec d'autres, à la découverte...).

 

A l'échelle du quartier, notre ambition est que ce travail puisse se diffuser depuis ce noyau dur vers les ecosystèmes de chacune et insuffler une énergie de transformation . La plupart des femmes concernées n'ont pas d'activité professionnelle et ont des enfants en bas âges non scolarisés et/ou scolarisés. Plusieurs d'entre elles ne parlent pas et ne comprennent pas encore la langue française ou alors très peu et pas suffisamment pour s'autonomiser. Elles n'ont pas non plus leur permis de conduire et certaines n'ont pas de compte bancaire ni d'adresse mail propre. Néanmoins, elles sont pleines de talents, d'envie, de vie...


Nous souhaitons donner voix à ces femmes qui souhaitent la porter, la voix symbolisant l'initiative. Nous co-créons ensemble dans le quartier un espace d'expression et de rencontre interculturelle à travers le chant, la poésie et le théâtre. Parallèlement, nous accompagnons individuellement chacune d'entre elles, chaque cas étant particulier. Nous les accompagnons vers l'emploi (lien pôle emploi, étude projet professionnel...), l'autonomie linguistique (lien avec le GRETA), l'initiative et l'entraide solidaire.


Afin de donner une visibilité extérieure au projet, notre ambition est d'élaborer une création sonore, issue de cette action, et de l'intégrer à un spectacle professionnel existant - le concert poétique "la Trace du Papillon" - et de le représenter au moins à Graulhet, avec l'ambition de le représenter le plus largement possible sur la région Occitane.


La Trace du Papillon est un voyage musical à travers l’oeuvre des poètes arabes : Mahmoud Darwich (Palestine) et Nadia Tueni (Liban). Un violon, une clarinette basse, les percussions et la musique des mots forment un écrin organique, sensible et onirique pour les épreuves d’un voyage initiatique, cet exil qui ne quitte jamais le poète.


Ce spectacle est interprété par Alexis Kowalczewski (percussions, clarinette basse, chalumeau) et Camille Sabathier   (voix, violon).

UN ATLAS SONORE ET POETIQUE DU QUARTIER ET DE SES DIVERSITES : Le travail est en cours...

Projet de collecte, réalisation de portraits sonores, recueil de récits de vie du quartier, chercher les chants cachés derrière les murs d’immeubles, dans l’intimité des appartements, dans les cafés et les cuisines.
A travers une série de portraits de groupes et de personnages du quartier, de leurs relations à la musique, à l'histoire, nous entrons progressivement dans l'intimité des vécus des habitants qui livrent le récit de leur parcours et de l'histoire singulière de leur pratique instrumentale ou vocale ou poétique telle qu'elle se maintient et telle qu'elle se recompose dans leur environnement à Graulhet.

 

Chaque communauté, chaque famille, chaque individu venu d'ailleurs a son histoire particulière : exode économique ou politique, regroupement familial, nécessité personnelle. Chacun vit à sa manière le déracinement et le sentiment d'étrangeté qui l'accompagne.
Au-delà de cette diversité de cultures et d'expressions, la musique, la poésie, revêt une série de fonctions que l'on retrouve dans tous les parcours : elle est lieu de mémoire et d'évocation du passé et de l'ailleurs, moyen d'expression et de transmission de valeurs et regards sur le monde, outil de création de liens sociaux et de possibles rencontres, moyen de réaffirmation d'une appartenance souvent deniée, et de sublimation des douleurs de l'exil...


Ce travail nécessitant plusieurs heures d'enregistrements, de témoignages musicaux et d'entretiens à recueillir est un travail de longue haleine qui prend forme à mesure que nos actions se déploient et parfois dans les interstices. A partir de ces matériaux, des impressions, des rencontres et de la compréhension de la place qu'occupent ces musiques dans leur environnement et dans le vécu des gens, nous tentons par les sons et images recueillis de recomposer une histoire, celle de ce quartier de Graulhet – Crins.


Notre fil d'Ariane est le quartier lui-même, ses barres défraîchies ou nouvellement repeintes, ses grands espaces inoccupés, ses pavillons périphériques, ses recoins mais aussi ses extensions, les rares lieux de sociabilités où vont ses habitant.e.s (surtout les hommes) : les kiosques à musique mais aussi, plus loin, les cafés et terrasses de la place du Jourdain, les commerces « exotiques » derrière lesquels se cachent ces expériences singulières, un autre patrimoine, humain et matériel qui pourrait prendre à son tour une valeur partagée.

Equipe : Camille Sabathier (volet musical et médiation), Meriem Mauget (volet poétique, médiation, traduction), Clément Gaudry (Ingénierie du son).